Actualités

Fondation Albert Gleizes → Actualités

agrandir

 | fermer

L'American Picnic de Juliette Roche (vers 1918) en cours de restauration, octobre 2020

<em>L'American Picnic</em> de Juliette Roche (vers 1918) en cours de restauration, octobre 2020

Restauration en cours du plus grand format de Juliette Roche

Publié le 31/10/2020

En prévision de la rétrospective consacrée à Juliette Roche qui débutera en mai 2021, la Fondation Albert Gleizes a entrepris de faire restaurer son American Picnic. Conçue durant son séjour à New York en pleine première guerre mondiale et jamais exposée, cette peinture monumentale (217 x 374,5 cm) constituera le clou de cette rétrospective. Un nettoyage long et délicat, des refixages ponctuels et une mise définitive sur châssis constituent les principales opérations menées actuellement. Confiée à l'entreprise Aïnu, cette restauration devraient encore renforcer la puissance plastique de cette oeuvre à l'iconographie hors de l'ordinaire. Dans cette relecture ironique de La Danse d'Henri Matisse, Juliette Roche livre en effet sa vision très personnelle d'un Âge d'or utopique, où le mélange ethnique et la surreprésentation de la gent féminine sont de mise.

Juliette Roche, <em>Autoportrait</em>, vers 1917 (localisation inconnue)

Une rétrospective "Juliette Roche" se prépare !

Publié le 05/09/2020

Une ambitieuse exposition consacrée à l'oeuvre multiforme de Juliette Roche verra le jour au printemps 2021, soit soixante ans après celle de la galerie Miroir à Montpellier, la dernière en date. Sous l'égide de la Fondation Albert Gleizes, trois musées français présenteront successivement au public un vaste ensemble de peintures, de dessins et d'oeuvres d'art décoratif qui permettront de prendre la mesure d'une production originale, en grande partie inédite. Le musée d'art et d'archéologie de Besançon (mai-septembre 2021), puis, en 2022, le MASC musée d'art moderne et contemporain des Sables-d'Olonne (février-mai) et le musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence (juin-octobre) accueilleront chacun cette rétrospective qui sera accompagnée d'un important catalogue, première monographie consacrée à Juliette Roche. Avec cet événement très attendu, l'artiste devrait faire son entrée définitive dans l'histoire de l'art moderne.

Albert Gleizes, <em>Tête d'un homme</em>, 1913, huile sur toile, 38 x 50,5 cm (New York, Solomon R. Guggenheim Museum)

Deux Gleizes exposés au Guggenheim de New York

Publié le 08/01/2020

Si la Peggy Guggenheim collection de Venise expose en permanence un chef-d'oeuvre cubiste d'Albert Gleizes, La Dame aux bêtes (1914), il n'est pas si fréquent que le musée newyorkais montre les nombreuses oeuvres de l'artiste qu'il conserve. C'est le cas actuellement avec la Tête d'un homme de 1913 qui provient de la prestigieuse collection d'Hilla Rebay, amie de Gleizes, artiste elle-même et surtout en grande partie à l'origine de la collection du Guggenheim. Ce tableau, exposé à la galerie Hans Goltz de Munich en août-septembre 1913, est de peu antérieur au fastueux portrait de l'éditeur Figuière (Lyon, musée des Beaux-Arts). Il partage avec lui la destructuration géométrique des traits du visage et l'emploi d'un coloris en camaïeu de brun-vert. Le Guggenheim conserve un beau dessin en relation avec ce petit portrait. Par ailleurs, on peut également découvrir dans l'intéressante exposition présentée actuellement, "Artistic License: Six Takes on the Guggenheim Collection", une oeuvre antérieure de Gleizes, un paysage de 1908 (Varichon 224), qui avait été donnée au musée par Juliette Roche-Gleizes en 1963.

Albert Gleizes, <em>Sans titre</em>, 1923, gouache sur papier, 14,5 x 10,5 cm (Paris, Centre Pompidou, musée national d'art moderne)

Les Gleizes de Walter Firpo entrent au Centre Pompidou

Publié le 02/07/2019

Les oeuvres sur papier que l'un des disciples d'Albert Gleizes, le peintre et poète Walter Firpo (1903-2002), avait rassemblées viennent d'entrer dans la collection du musée national d'art moderne. Dans cet ensemble de 17 pièces qui couvrent la période 1909-1943, se distinguent des paysages inspirés par Paul Cézanne (1909-1910), des études pour d'importantes peintures cubistes (L'Homme au Hamac, 1913; Portrait d'Igor Stravinsky, 1914), des oeuvres remontant à la période de la Grande Guerre, des compositions abstraites des années 1920, ainsi que des Supports de contemplations faits à l'encre dans les années 1940. S'y ajoutent trois pochoirs d'après des compositions de l'artiste, réalisés à Moly-Sabata par Robert Pouyaud, et dont le Centre Pompidou était jusqu'à présent dépourvu. Toutes ces oeuvres rejoignent la collection du cabinet d'art graphique qui conservait déjà 33 oeuvres sur papier d'Albert Gleizes, provenant en grande partie de sa veuve, Juliette Roche.

Un Gleizes pour Clermont-Ferrand

Publié le 09/02/2019

En novembre dernier, le Musée d’art Roger-Quilliot (MARQ) a acquis en vente publique une importante aquarelle d’Albert Gleizes en rapport avec les Pensées sur l'Homme et Dieu de Blaise Pascal. Cette acquisition marque l’entrée de l’artiste dans la collection auvergnate qui s'efforce depuis plusieurs années de conforter un fonds patrimonial dédié au mathématicien et philosophe (1623-1662), natif de Clermont. Datée de 1951, L’Homme parmi les nombres et les symboles (Varichon 2266) reprend l'une des 57 eaux-fortes conçues par Albert Gleizes pour une luxueuse édition des Pensées, parues aux éditions de la Cigogne à Casablanca en 1950. Deux exemplaires de cet ouvrage majeur dans la trajectoire de l'artiste étaient déjà conservés à la Bibliothèque du Patrimoine de Clermont Auvergne Métropole. Cette aquarelle provient de la collection personnelle d'Henri Giriat (1920-2016), qui après avoir été un familier d'Albert Gleizes, était devenu un spécialiste incontournable de la pensée et de l'oeuvre de l'artiste. C'est précisément cette pièce qu'il avait choisie pour illustrer la couverture de son ouvrage majeur Gleizes l'Initiateur, paru en 2013.

Exposition "Le Cubisme" au Centre Pompidou

Publié le 28/10/2018

Au Centre Pompidou se tient actuellement et ce jusqu'au 25 février 2019 une importante exposition consacrée au mouvement cubiste, la première de cette ampleur en France depuis celle organisée par le musée national d'art moderne au Palais de Tokyo en 1953. Parmi les nombreux artistes exposés, Albert Gleizes y est représenté par pas moins de cinq peintures, sept oeuvres sur papier et deux livres illustrés. Le Portrait de Jacques Nayral de 1911 (Londres, Tate), Les Baigneuses de 1912 (Paris, musée d'art moderne de la Ville de Paris), le Portrait de l'éditeur Eugène Figuière de 1913 (Lyon, musée des Beaux-Arts), Les Joueurs de football de la même année (Washington, National Gallery of Art), ainsi que le Portrait d'un médecin militaire de 1914 (New York, Guggenheim Museum) comptent parmi les 310 oeuvres présentées dans cette exposition de grande ampleur. Après Paris, l'exposition sera présentée au Kunstmuseum de Bâle du 30 mars au 4 août 2019.

Une peinture cubiste d'Albert Gleizes refait surface

Publié le 08/05/2017

A l'occasion de la première exposition temporaire organisée par la toute récente Cité du Vin de Bordeaux sous le titre "Bistrot ! De Baudelaire à Picasso", une peinture d'Albert Gleizes, petite en dimension mais de grand intérêt, vient de refaire surface. Prêtée par une collection privée parisienne, cette nature morte cubiste représentant divers objets dont une carafe portant le mot "vin", figure dans le catalogue raisonné d'Anne Varichon sous le numéro 385. Datée 1912, l'oeuvre qui se distingue par son format vertical inusité (34,5 x 14,5 cm) doit être rapprochée d'une peinture fameuse de Marcel Duchamp, Moulin à café (Londres, Tate) de dimensions similaires. Les deux tableautins, ainsi que des oeuvres de Roger de La Fresnaye, Fernand Léger, Jean Metzinger et Jacques Villon, ont été conçues à la demande du sculpteur Raymond Duchamp-Villon pour décorer sa cuisine, à l'occasion de son mariage à l'automne 1911. Cette commande constitue un témoignage précieux des relations amicales qui s'établissent alors entre les artistes qui ont introduit le cubisme au salon des Indépendants de 1911 et qui se réunissent régulièrement à Puteaux, chez les frères Duchamp, ou à Courbevoie, chez Albert Gleizes. En dépit de sa destination prosaïque, la nature morte de Gleizes, très différente de la composition duchampienne, frappe par sa parfaite compréhension des données du cubisme "analytique" élaboré par Braque et Picasso, mais aussi par son raffinement chromatique. L'exposition bordelaise est visible jusqu'au 21 juin 2017.

Une peinture d'Albert Gleizes réapparait

Publié le 19/10/2014

Une œuvre importante d'Albert Gleizes, signalée comme non localisée par le catalogue raisonné de l'artiste (n°1702), est actuellement présentée à la galerie parisienne Helene Bailly Gallery, 25 quai Voltaire. Il s'agit du Sacre peint pendant la sombre période de l'Occupation. Ce grand tableau, dont le sujet reflète les positions politiques conservatrices de l'artiste à cette époque, apparait caractéristique de cette période de son œuvre où le dessin, volontiers allusif, se détache sur des aplats géométriques d'une grande puissance chromatique.

Albert Gleizes, <em>Le Chant de guerre</em>, 1915, huile sur toile (crédit photographique : © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat/Dist. RMN-GP)

Le Chant de guerre exposé

Publié le 19/10/2014

Intitulée "Vu du Front. Représenter la Grande Guerre", l'importante exposition qui se tient actuellement à l'hôtel des Invalides à Paris jusqu'au 25 janvier 2015 met particulièrement à l'honneur une peinture capitale d'Albert Gleizes, son fameux Chant de guerre (Paris, Centre Pompidou, musée national d'Art moderne). Ce portrait du compositeur Florent Schmitt a pour particularité d'avoir été conçu par l'artiste à proximité du Front, dans une caserne de Toul, puis d'avoir été peint à New York en 1915.

Un livre très attendu d'Henri Giriat

Publié le 19/10/2014

Avec le soutien de la fondation Albert Gleizes, les éditions L'Harmattan font paraître un ouvrage important d'Henri Giriat qui fut à partir de 1940 un familier des Gleizes à Saint-Rémy-de-Provence. Intitulé Gleizes l'Initiateur, cet attachant livre de témoignage contient également une pénétrante analyse de l'œuvre du peintre.

Un livre sur Albert Gleizes par Gilka Beclu-Geoffray

Publié le 18/02/2013

Gilka Beclu-Geoffray, fille de César Geoffray, qui fut l'un des résidents historiques de Moly-Sabata, a fait paraître en 2012 aux éditions Amalthée un Traité de peinture selon les principes d'Albert Gleizes.

Albert Gleizes, <em>L'Ecluse de Suresne</em>, 1908 (Suresnes, musée d'Histoire urbaine et sociale)

Nouvelles acquisitions d'oeuvres d'Albert Gleizes dans les musées de France

Publié le 18/02/2013

Deux musées de France viennent d'acquérir des oeuvres des débuts d'Albert Gleizes. Le musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence, actuellement en rénovation (ouverture octobre 2014), a augmenté sa collection d'un peinture, Etude pour Paysage près de Paris (1910), et d'une oeuvre sur papier, Paysage des Pyrénées (v. 1908-1909). Quant au musée d'histoire urbaine et sociale de Suresnes, qui ouvrira au public en juin 2013, il conserve désormais une encre importante de l'artiste, L'Ecluse de Suresnes (1908).

Albert Gleizes en 1917

Publié le 25/06/2012

L'impressionnante exposition 1917 qui a lieu actuellement au Centre Pompidou-Metz, comprend plusieurs oeuvres d'Albert Gleizes, dont la peinture Sur des clowns (musée d'art moderne de la Ville de Paris), présentée à proximité du fameux rideau de Pablo Picasso pour le ballet Parade (jusqu'au 24 septembre 2012).

Du « Cubisme » republié

Publié le 01/06/2012

Indisponible depuis de nombreuses années, Du « Cubisme », le livre publié par Albert Gleizes et Jean Metzinger en 1912 et premier ouvrage jamais consacré au cubisme, reparait aux éditions Hermann. Au texte et aux images de 1912, reproduites en fac-simile, s’ajoutent les textes de Gleizes et Metzinger écrits pour la réédition de 1947. L’ensemble est précédé d’une introduction de Christian Briend et suivi d’une bibliographie inédite.

Exposition Gleizes-Metzinger à Paris, puis à Lodève

Publié le 09/05/2012

A l’occasion du centenaire de Du « Cubisme », le livre d’Albert Gleizes et de Jean Metzinger paru en 1912, une rétrospective croisée des deux artistes est actuellement organisée par le musée de la Poste (commissaire scientifique : Josette Rasle). Cette exposition, qui réunit un grand nombre d’œuvres pour beaucoup rarement montrées jusqu’à présent, constitue une véritable première. Le catalogue de l’exposition, richement illustré, comprend des essais de Christian Briend et Peter Brooke (exposition Gleizes-Metzinger, Du cubisme et après…, Paris, L’Adresse, musée de la Poste, 9 mai-22 septembre 2012, reprise par le musée de Lodève du 22 juin au 3 novembre 2013).